Poirier

Recette de la semaine :

Poire au vin

Les poires pochées au vin rouge sont de saison. Si vous ne trouvez pas l’ancienne variété calouet, choisissez des poires bien fermes, type martin sec ou comice. Epluchez-les, coupez-les en quatre et retirez le cœur. Prélevez l’écorce d’une orange en retirant la peau blanche au maximum. Mettez les poires, la pelure d’orange, un bâton de cannelle et 100 g de sucre en poudre dans une casserole et recouvrez le tout de 75 cl de vin rouge. Portez à ébullition, couvrez et laissez mijoter deux bonnes heures jusqu’à ce que les poires soient tendres. Servez-les napées du vin parfumé, accompagnées d’une boule de glace à la vanille.

Anecdote :

Le bois de poirier, facile à travailler, est très recherché par ceux qui fabriquent des baguettes magiques. En Scandinavie, il servait jadis à tailler les supports de runes. Les figurines gravées dans le bois étaient réputées préserver du danger, de la maladie, des accidents.

Cultivée depuis 1600, la poire calouet, ou caillot d’hiver, fut portée au catalogue des espèces que la Quintinie, jardinier de Louis XIV, cultivait à Versailles. Elle porte le surnom de prêtre pour sa peau brune qui rappelle les vêtements ecclésiastiques. Remise au gout du jour par des passionnés de poires anciennes, elle est excellente cuite dans du vin rouge.

Poirier

La plante :

Le poirirer (Pyrus communis)

Arbre fruitier de la famille des rosaceae, le poirier est originaire des zones tempérées d’Europe et du Caucase. Robuste, il peut vivre 300 ans. Le poirier sauvage, pyrus sylvestris, a servi à toutes les époques à multiplier les variétés de fruits. Les romains cultivaient une dizaine d’espèces, toujours greffées. La plupart de celles que nous consommons aujourd’hui ont été crées par des pépiniéristes au XVIII siècle.

Laisser un commentaire