Le néflier

Recette de la semaine :

Ensorcelez votre entourage en préparant une confiture de nèfles, à la fois goûteuse et originale. Cueillez environ 1.5 kg de fruit pas tout à fait mûrs. Repartissez les sur une clayette ou dans un cageot et laissez les ramollir pendant 1 à 2 deux jours. Dés qu’ils sont blets, préparez un sirop avec 750 g de sucre et 1 litre d’eau. Faites bouillir, et baissez le feu et laissez mijoter. Pendant que le mélange épaissit, appuyez sur les nèfles pour récupérer la pulpe. Ôtez un maximum de pépins, ne gardez que les plus gros. Ajoutez le tout au sirop et laissez cuire à petit feu 20 minutes supplémentaires. Passez le mélange au chinois à grosses mailles avant de le mettre en pots.

Anecdote :

Originaire d’Asie mineure, le néflier produit des fruits en forme de poire qui ne se consomme qu’après les premières gelées. Ils prennent alors la consistance d’une compote. Croisement entre pomme et poire, leur saveur recèle aussi des notes de châtaigne.

Depuis plus de 200, le makhila, bâton de marche et arme défensive, fait partie du quotidien des basques. La seule essence utilisée depuis toujours , le bois de néflier, robuste léger et flexible. Scarifiées sur pied, les branches ne sont coupées qu’un an plus tard, passées au four, écorcées puis séchées pendant 10 ans afin d’acquérir une belle couleur beige, marron ou rouge.

L’arbre :

Le néflier commun ( Mespilus germanica)

Arbre oublié de nos vergers d’antan, aujourd’hui remis au gout du jour pour sa pousse sans soucis et sa production hivernale de fruits, le néflier se rencontre aussi à l’état sauvage dans les forets de feuillus, notamment au pays basque et dans le bearn. Ses drupes, feuilles et écorces riches en tanins sont astringente. Prises en bains de bouche, les infusions de feuilles et d’écorce soignent les affections buccales. Les fruits consommés blets, soulagent les désordres intestinaux.

Laisser un commentaire