La myrtille

Recette de la semaine :

myrtille

A la fin des années 1990, le chercheur américain James A. Joseph découvrait que le jus de myrtilles, administré à des rats âgés, avait la capacité de restaurer leur mémoire. En attendant de plus amples tests sur l’homme, osez et abusez de ce fruit. Réduisez-le en purée, frais ou décongelés, et buvez-le tel quel ou mixez 125 g de myrtilles avec 1 banane et le jus de 2 oranges. Pour un dessert gourmand, mélangez les baies à du fromage blanc, sucrez au miel ou garnissez-en un de tarte préalablement saupoudré de poudre d’amandes. Faites cuire 15 minutes a 180°c (th 6). Retirez du four. Ajoutez un mélange de 20 cl de crème fluide, 100 g de sucre, 3 œufs entiers. Enfournez à nouveau 15 minutes à 180° C.

Anecdote :

Surnommée raisin des bois ou des bruyères, brimbelles dans les Vosges et embrume en maurienne, la myrtille tire son nom du latin myrtillus qui vient de myrtus « myrte » plante dont les baies sont de couleurs identiques aux siennes.

Tenue par les anciens pour un remède qui augmente l’acuité visuelle, la myrtille servait autrefois à la confection de mixtures magiques. Au printemps, on faisait des fumigations de ses feuilles, pour éloigner le mauvais œil. En été, on plaçait un bocal sur la table rempli de baies et on le laissait en place jusqu’aux gelées, pour que le bonheur règne dans le foyer tout l’hiver.

La plante :

myrtille

La myrtille (Vaccinium mytillus)

Petit fruit issu du myrtillier, arbrisseau nain de la famille des ericaceae, la myrtille pousse à l’état sauvage sur les versants vosgiens et alpins. Riche en vitamines A, C, K et en anti-oxydants, elle est tonique, astringente, efficace contre les aphtes et le dérèglement de la sphère intestinale et améliore la vision nocturne. La médecine populaire conseillait jusqu’à récemment de s’asseoir sur un coussin de feuilles de myrtillier et de roses bouillies pour calmer les hémorroïdes.

Laisser un commentaire