La bourdaine

Loisir de la semaine :

La bourdaine est un arbre tinctorial. Utilisez-la pour fabriquer vos couleurs végétales pour l’aquarelle. Pour obtenir du rouge, mettez dans une casserole des lanières d’écorce. Recouvrez-les d’eau, ajoutez 1 cuillerée de lessive de cendre et laissez macérer un mois. Faites bouillir, filtrez, puis incorporez 1 cuillerée à café d’alun en poudre pour stabiliser et intensifier la couleur. Traitez les feuilles et les fruits séparément par macération, ajoutez-leur un peu d’eau et laissez reposer 12 heures. Après ce laps de temps, écrasez-les dans un mortier. Faites bouillir, filtrez, ajoutez 1 cuillerée à café d’alun. Les feuilles donnent du marron, les baies du jaune quand elles sont vertes et du vert quand elles sont mûres.

Anecdote :

Surnommé bois à poudre, le charbon obtenu à partir du bois de bourdaine servait, au XIX° siècle, à fabriquer de la poudre noire à faible vitesse de déflagration qui permettait de prélever de gros blocs non fracturés dans les carrières de pierres ornementales.

Une légende anglaise datant de la renaissance raconte que lorsqu’on traçait un cercle au sol dans une forêt où poussaient des bourdaines et qu’on dansait à l’intérieur, à la pleine lune, on provoquait l’apparition d’un lutin qui exauçait tous les vœux énoncés, à condition qu’ils soient de bonne moralité.

La plante :

La Bourdaine

La bourdaine (Rhamnus frangula)

Appelée aussi aulne noir, bois de chien, bois de punaise, la bourdaine, arbrisseau de la famille des rhamnaceae, pousse dans les zones boisées humides. Si ses fleurs très mellifères sont prisées des abeilles, ses fruits appréciés des oiseaux et des chevreuils, ses feuilles des chenilles et des papillons, l’arbuste dans son ensemble, est toxique pour l’homme. Seule son écorce séchée pendant plus d’un an est utilisée avec précaution comme purgatif chez l’adulte.

Laisser un commentaire