L’airelle

Recette gourmande de la semaine :

Confiture airelle

Transformée en marmelade, l’airelle accommode parfaitement les volailles en sauce et le gibier. Mais elle peut aussi apporter une touche originale à une tarte de saison. Foncez un plat à gâteau d’une pâte brisée composée d’un mélange de 200 g de farine, 100 g de beurre salé et d’un peu d’eau pour amalgamer le tout. Étendez en surface une couche de confiture d’airelles puis recouvrez d’un mélange de petits fruits : framboises, cassis, myrtilles. Enfournez 30 minutes à 180°C (th 6). A la sortie du four, saupoudrez votre dessert de sucre roux. Dégustez-le avec 1 boule de glace vanille et 1 cuillerée de chantilly aromatisée à la vanille.

Anecdote :

Autrefois, les femmes vivant en Forêt-Noire (au sud ouest de l’Allemagne), posaient une corbeille remplie d’airelles, bien en évidence sur le buffet de la salle à manger. Ce geste devait permettre d’attirer la chance et la conserver tout au long de l’année.

D’après une vieille légende, l’airelle a le pouvoir de rompre les ensorcellements, de chasser les malédictions et de révéler l’avenir. Il était conseillé de faire brûler ses branches fraîches chargées de baies dans la chambre à coucher juste avant de se mettre au lit. L’opération renouvelée 7 soirs de suite, devait provoquer des rêves prémonitoires clairs et précis.

La plante :

Airelle

L’airelle (Vaccinium vitis idaea)

Plante semi arbustive de la famille des ericaceae, l’airelle pousse sur les landes et dans les zones montagneuses. Faute de la ramasser à l’état sauvage, elle peut être cultivée en pot ou plantée à l’ombre. Consommés crus, ses fruits rouges, à la saveur âpre et légèrement aigrelette, combattent le manque d’appétit. Ses feuilles sont utilisées en phytothérapie pour leurs vertus astringentes, diurétiques et antiseptiques.

Laisser un commentaire